Site Search

PRESENTATION DU PROGRAMME


s’inscrit dans les orientations retenues par le le Secrétariat d état chargé de la formation professionnelle, en ce qui concerne la Formation Technique et Professionnelle. Il a été conçu suivant un nouveau cadre d’élaboration des programmes qui exige, entre autres, la participation d’acteurs du milieu de travail et des enseignants.


Le programme est défini par compétences, formulé par objectifs, découpé en modules. Il est conçu selon une approche globale qui tient compte à la fois des facteurs tels les besoins de formation, la situation de travail, les fins, les stratégies et les moyens pour atteindre les objectifs.


Dans le programme, on énonce et on structure les compétences minimales que l’apprenant, jeune ou adulte, doit acquérir pour obtenir son diplôme.


Ce programme doit servir de référence pour la planification de l’enseignement et de l’apprentissage ainsi que pour la préparation du matériel didactique et du matériel d’évaluation.


La durée du programme est de 1800 heures ; de ce nombre, 1350 heures sont consacrées à l’acquisition des compétences liées directement à la maîtrise des tâches du métier et 450 heures à l’acquisition des compétences plus larges.


Le programme est divisé en 25 modules dont la durée varie de 15heures à 120 heures (multiples de 15). Cette durée comprend le temps requis pour l’évaluation des apprentissages aux fins de la sanction des études et pour l’enseignement correctif. Les modules sont répartis sur deux années de formation d’environ 900 heures chacune.


Le programme comprend deux parties. La première partie, d’intérêt général, présente une vue d’ensemble du projet de formation ; elle comprend 5 chapitres. Le premier chapitre synthétise, sous forme de tableau, des informations essentielles ; le deuxième définit les buts de la formation ; le troisième, les compétences visées ; le quatrième, les objectifs généraux ; enfin, le cinquième chapitre apporte des précisions au sujet des objectifs opérationnels. La seconde partie vise davantage les personnes touchées par l’application du programme. On y décrit les objectifs opérationnels de chacun des modules.


Dans ce contexte d’approche globale, trois documents accompagnent le Programme : le Guide pédagogique, le Guide d’évaluation et le Guide d’organisation matérielle.


2. buts de la formation

Les buts de la formation en Maçonnerie Générale sont définis à partir des buts généraux de la formation professionnelle et en tenant compte, en particulier, de la situation de travail. Ces buts sont :


Rendre la personne efficace dans l’exercice d’une profession


• Lui permettre de réaliser correctement et avec une performance acceptable, au niveau du seuil d’entrée sur le marché du travail, les tâches et les activités inhérentes à la construction en bâtiments.
• Lui permettre d’évoluer adéquatement dans le cadre du travail en favorisant :


- L’acquisition des habiletés intellectuelles qui rendent possibles des choix judicieux au moment de l’exécution des tâches ;
- Développement du souci de communiquer efficacement avec ses supérieurs, collègues et clients éventuels ;
- L’habitude d’une préoccupation constante au regard de la santé et de la sécurité au travail;
- Le renforcement des habitudes d’attention et de précision dans l’exécution des différents travaux de Maçonnerie Générale et, plus particulièrement, au moment de l’assemblage des pièces; - Le renforcement des habitudes d’ordre et de propreté.


Assurer l’intégration à la vie professionnelle


• Faire connaître ses droits et responsabilités comme ou travailleur;
• Faire connaître le marché du travail, en général, et le contexte du métier de Maçonnerie Générale, en particulier.


Favoriser l’évolution et l’approfondissement des savoirs professionnels

• Permettre de développer son autonomie, le sens des responsabilités et le goût de la réussite.
• Permettre de développer la recherche de l’excellence.
• Permettre de développer l’habitude d’évaluer ses produits finis.
• Permettre de comprendre les principes sous-jacents aux procédés utilisés pour la maçonnerie générale.
• Permettre d’acquérir des méthodes de travail et le sens de la discipline.


Assurer la mobilité professionnelle

• Permettre de développer de bonnes attitudes à l’égard des changements technologiques et des situations nouvelles.
• Permettre d’accroître sa capacité d’apprendre, de s’informer et de se documenter.
• Permettre de se préparer à la recherche dynamique d’un emploi.


3. compétences visées

Les compétences visées, en Maçonnerie Générale, sont présentées dans le tableau II qui suit. On y met en évidence les compétences générales, les compétences particulières (ou propres au métier) ainsi que les grandes étapes du processus de travail.


Les compétences générales portent sur des activités communes à plusieurs situations. Elles portent, entre autres, sur la compréhension des principes technologiques ou scientifiques liés au métier. Les compétences particulières portent sur des tâches et des activités directement utiles à l’exercice du métier. Quant au processus de travail, il met en évidence les étapes les plus significatives de la réalisation des tâches et des activités du métier.


Le tableau II est à double entrée; il s’agit d’une matrice qui permet de voir les liens qui existent entre des éléments placés à l’horizontale et des éléments placés à la verticale. Le symbole (Δ) montre qu’il existe une relation entre une compétence particulière et une étape du processus de travail.


Le symbole (Ο) indique qu’il y a un rapport entre une compétence générale et une compétence particulière. Des symboles noircis indiquent, en plus, que l’on tient compte de ces liens dans la formulation d’objectifs visant le développement des compétences particulières (ou propres au métier).


La logique, suivie au moment de la construction de la matrice des compétences, influe sur la séquence d’enseignement des modules. De façon générale, on prend en considération une certaine progression en termes de complexité des apprentissages et de développement de l’autonomie de l’apprenant. De ce fait, l’axe vertical présente les compétences particulières dans un ordre relativement fixe pour l’enseignement et sert de point de départ pour l’agencement de l’ensemble des modules. Certains deviennent ainsi préalables à d’autres ou doivent être vus en parallèle. Le plan de formation proposé au niveau du logigramme tient compte de ces exigences.


4. objectifs généraux

Les objectifs généraux du Programme Maçonnerie Générale sont présentés ci-après. Ils sont accompagnés de l’énoncé de compétences liées à chacun des objectifs opérationnels de premier niveau qu’ils regroupent.


Développer chez l’apprenant les compétences de base essentielles à l’exécution des tâches du métier d'ouvrier maçon.

- Lire et interpréter des plans et des devis.
- Utiliser les outils et équipements.
- Appliquer les notions de mathématiques liées au métier.
- Eriger des échafaudages.
- Acquérir des connaissances en Technologie professionnelle.


Développer chez l’apprenant les compétences nécessaires à la construction et à la réparation d’ouvrages de maçonnerie

- Réaliser l’implantation.
- Procéder à la fouille.
- Réaliser des fondations.
- Fabriquer des briques.
- Monter un mur de soubassement.
- Monter un mur d’élévation.
- Réaliser des enduits.
- Réaliser le dallage.
- Construire un escalier.
- Construire un plancher.
- Réaliser des ouvertures.


Développer chez l’apprenant les compétences essentielles pour une intégration harmonieuse au milieu scolaire et au marché de travail.

- Se situer au regard du métier et de la démarche de formation.
- Réaliser le 1er stage de formation.
- Réaliser le stage d’intégration.
- Appliquer des notions de partenariat et produire des rapports.


Développer chez l’apprenant les compétences essentielles à l’exécution sécuritaire des travaux de Maçonnerie Générale.

Appliquer les règles de santé et de sécurité sur les chantiers de construction.


5. objectifs opérationnels

5. 1 définition des objectifs opérationnels

Un objectif opérationnel est défini pour chacune des compétences visées conformément à leur présentation au chapitre 3. Celles-ci sont structurées et articulées en un projet intégré de formation permettant de préparer l’apprenant à la pratique d’un métier. Cette organisation systémique des compétences produit des résultats qui dépassent ceux de la formation par éléments isolés. Une telle façon de procéder assure, en particulier, la progression harmonieuse d’un objectif à un autre, l’économie dans les apprentissages, en évitant les répétitions inutiles, l’intégration et le renforcement des apprentissages, etc.


Les objectifs opérationnels constituent les cibles principales et obligatoires de l’enseignement et de l’apprentissage. Ils sont pris en considération pour l’évaluation aux fins de la sanction des études. Ils sont définis en termes de comportement ou de situation et présentent, selon le cas, les caractéristiques suivantes :


Un objectif défini en termes de comportement est un objectif relativement fermé qui décrit des actions et des résultats attendus de l’apprenant à la fin d’une étape de sa formation. L’évaluation porte sur les résultats attendus.


Un objectif défini en termes de situation est un objectif relativement ouvert qui décrit les phases d’une situation éducative dans laquelle on place l’apprenant. Les produits et les résultats varient d’un apprenant à un autre. L’évaluation porte sur la participation de l’apprenant aux activités proposées selon le plan de mise en situation.

REMARQUES

Les objectifs opérationnels guident les apprentissages que les apprenants doivent faire pour acquérir une compétence :


Les objectifs opérationnels constituent les cibles principales et obligatoires de l’enseignement et de l’apprentissage. Ils sont pris en considération - Les précisions ou les phases de l’objectif déterminent ou orientent les apprentissages particuliers à réaliser, ce qui permet le développement d’une compétence de façon progressive par élément ou par étape.
- L’ensemble de l’objectif (les six composantes et particulièrement la dernière phase de l’objectif de situation, détermine ou oriente des apprentissages globaux, d’intégration et de synthèse ; cela permet de parfaire le développement d’une compétence.