Site Search

PRÉSENTATION DU PROGRAMME


Le programme Menuiserie Bois s’inscrit dans les orientations retenues par la tutelle. Il a été conçu suivant un nouveau cadre d’élaboration des programmes qui exige, entre autres, la participation d’acteurs du milieu de travail et des enseignants.


Le programme est défini par compétences, formulé par objectifs, découpé en modules. Il est conçu selon une approche globale qui tient compte à la fois de facteurs tels les besoins de formation, la situation de travail, les fins, les stratégies et les moyens pour atteindre les objectifs.


Dans le programme, on énonce et on structure les compétences minimales que l’apprenant, jeune ou adulte, doit acquérir pour obtenir son diplôme.


Ce programme doit servir de référence pour la planification de l’enseignement et de l’apprentissage ainsi que pour la préparation du matériel didactique et du matériel d’évaluation.


La durée du programme est de 1635 heures. Le programme est divisé en 22 modules dont la durée varie de 15 heures à 120 heures. Cette durée comprend le temps requis pour l’évaluation des apprentissages aux fins de la sanction des études et pour l’enseignement correctif.


Le programme comprend deux parties. La première partie, d’intérêt général, présente une vue d’ensemble du projet de formation. La seconde partie vise davantage les personnes touchées par l’application du programme. On y décrit les objectifs opérationnels de chacun des modules.


1. Description générale du métier


1.1 Définition de la profession

La menuiserie bois à travers la définition donnée par les professionnelles du métier, implique la menuiserie bois, l’ébénisterie et le coffrage des bâtiments.


L’ouvrier qualifié en menuiserie bois est chargé de la fabrication et de l’installation de la plupart des ouvrages en bois divers. Il détermine les formes et dimensions des ouvrages et objets réalisés, il établit les fiches et plans pour la fabrication. Selon la taille de l’entreprise, il : conçoit, encadre les ouvriers et apprentis, les travaux de production en atelier et/ou de pose des ouvrages sur chantier, il réalise des épures, des montages de fabrication, utilise les différentes essences de bois, utilise des machines et outillage de menuiserie, applique des techniques de traitement des surfaces.


1.2 Responsabilités

Les responsabilités de l’ouvrier qualifié en menuiserie bois sont variées est se situent à divers niveaux selon les fonctions qu’il occupe dans l’entreprise ou en temps que travailleur du secteur informel ou indépendant. Ainsi, l’ouvrier qualifié en menuiserie peut avoir des responsabilités immédiates par rapport aux tâches qui sont les siennes, il peut travailler en individuel ou en équipe, il effectue sont travail sous supervision ou en total autonomie, fait parfois face à des décisions complexes à prendre, avec parfois des conséquences relatives sur les décisions prises. Le technicien en menuiserie peut prendre des initiatives faces à des problèmes nouveaux, avec souvent une marge de manœuvre dans la façon de travailler.


1.3 Conséquences de l’évolution technologique sur la profession

La demande en nouveaux produits et ouvrages en menuiserie bois est une tendance qui se confirme selon les professionnels du métier, ce qui pourrait conduire à utiliser les outils et logiciels informatiques spécialisés dans la conception des nouveaux produits surtout dans les entreprises structurées du domaine. Au niveau des moyens de production, les machines restent classiques, c’est le cas des toupies, dégauchisseuses, scies, etc. ce qui exige une connaissance de la manipulation de ces machines. La connaissance et la maîtrise des techniques liées aux matériaux et techniques de menuiserie, permettent d’avoir une employabilité et une polyvalence dans le métier propice à l’accès rapide à un emploi.


1.4 L’environnement physique et psychologique du travail

L’ouvrier qualifié en menuiserie bois peut selon le cas travailler dans un atelier ou en plein air, dans un environnement bruyant, sous la chaleur, avec des émanation de poussières et d’odeur de produit tels le vernis, les colles,... Il est souvent soumis à des contraintes de temps relativement aux délais de livraison, d’exigence de qualité des produits ou ouvrages livrés conformément aux spécifications techniques et esthétiques, de quantité des ouvrages ou produits à réaliser dans les temps, et à des risques d’accident du travail ou de maladies professionnelles liés à l’environnement. Ces divers facteurs sont générateurs de stress. Le métier de menuisier exige souvent de la force physique, un degré d’attention soutenu surtout dans le contact avec les machines ou les risques sont les plus élevés. La dextérité et la souplesse sont des caractéristiques essentielles dans ce métier tout comme avoir le sens de la perception, et de l’audition entre autres.


1. 5 Facteurs d’intérêt pour la profession

La profession de menuisier bois présents certains intérêts pour ceux qui l’exercent. Ainsi : le menuisier bois aime travailler avec des personnes et des objets, les relations professionnelles avec les gens, le travail concret et organisé. Un autre facteur d’intérêt pour la profession de menuisier est d’aimer les travaux qui donnent du prestige ou confèrent l’estime des autres.


2. Buts de la formation

Les buts de la formation en Menuiserie bois sont définis à partir des buts généraux de la formation professionnelle et en tenant compte, en particulier, de la situation de travail. Ces buts sont :


Rendre la personne efficace dans l’exercice de cette profession

• Lui permettre de réaliser correctement et avec une performance acceptable, au niveau du seuil d’entrée sur le marché du travail, les tâches et les activités inhérentes à la Menuiserie ;
• Lui permettre d’évoluer adéquatement dans le cadre du travail en favorisant :

- L’acquisition des habiletés intellectuelles qui rendent possibles des choix judicieux au moment de l’exécution des tâches ;
- Développement du souci de communiquer efficacement avec ses supérieurs, collègues et clients éventuels ;
- L’habitude d’une préoccupation constante au regard de la santé et de la sécurité au travail ;
- Le renforcement des habitudes d’attention et de précision dans l’exécution des différents travaux de Menuiserie bois et, plus particulièrement, au moment de l’assemblage des pièces ;
- Le renforcement des habitudes d’ordre et de propreté.


Assurer l’intégration à la vie professionnelle


• Faire connaître ses droits et responsabilités de travailleur ;
• Faire connaître le marché du travail, en général, et le contexte du métier de Menuiserie bois, en particulier.


Favoriser l’évolution et l’approfondissement des savoirs professionnels

• Permettre de développer son autonomie, son sens des responsabilités et le goût de la réussite ;
• Permettre de développer la recherche de l’excellence ;
• Permettre de développer l’habitude d’évaluer ses produits finis ;
• Permettre de comprendre les principes sous-jacents aux procédés utilisés en Menuiserie bois ;
• Permettre d’acquérir des méthodes de travail et le sens de la discipline.


Assurer la mobilité professionnelle

• Permettre de développer de bonnes attitudes à l’égard des changements technologiques et des situations nouvelles;
• Permettre d’accroître sa capacité d’apprendre, de s’informer et de se documenter ;
• Permettre de se préparer à la recherche dynamique d’un emploi.


3. Compétences visées

Les compétences visées en Menuiserie bois sont présentées dans le Tableau qui suit (matrice des compétences). On y met en évidence les compétences générales, les compétences particulières (ou propres au métier) ainsi que les grandes étapes du processus de travail.


Les compétences générales portent sur des activités communes à plusieurs tâches ou à plusieurs situations. Elles portent, entre autres, sur l’application des principes techniques ou scientifiques liés au métier. Les compétences particulières visent des tâches et des activités directement utiles à l’exercice du métier. Quant au processus de travail, il met en évidence les principales étapes de l’exécution des tâches et des activités du métier.


Le tableau est à double entrée; il s’agit d’une matrice qui permet de voir les liens qui unissent des éléments placés à l’horizontale et des éléments placés à la verticale.


Le symbole (∆) montre qu’il existe une relation entre une compétence particulière et une étape du processus de travail.


Le symbole (О) marque un rapport entre une compétence générale et une compétence particulière.


Des symboles noircis indiquent, en plus, que l’on tient compte de ces liens dans la formulation d’objectifs visant l’acquisition de compétences particulières (ou propres au métier).


La logique retenue pour la construction de la matrice des objets de formation influe sur la séquence d’enseignement des modules. De façon générale, on prend en considération une certaine progression dans la complexité des apprentissages et le développement de l’autonomie de l’apprenant. De ce fait, l’axe vertical présente les compétences particulières dans un ordre relativement fixe pour l’enseignement et sert de point de départ pour l’agencement de l’ensemble des modules. Certains deviennent ainsi préalables à d’autres ou doivent être vus en parallèle.